köroglu

Spectacle créé à Uçhisar – Cevizlik, le 23.08.2015

Texte et mise en scène : Ali Ihsan Kaleci

Avec : Philippe Dov Cohen, Neslihan Derya Demirel, Anne Donard, Serhat Erekinci, Ori Gershon, Irfan Gürdal, Erdem Karadas, Rabia Kaya, Erica Letailleur, Bastien Ossart, Orhan Utku Özdemir, Elif Öztürk, Ramin Rzayev, Tapa Sudana, Mehmet Tekatli, Martin Vaughan Lewis, Anar Yusubov

Musique : Ramin Rzayev, Anar Yusubov, Irfan Gürdal

Spectacle créé dans le cadre du Projet Contemplations, soutenu par l’Union Européenne et la République de Turquie dans le cadre du programme CSD 3.


Le metteur en scène et auteur dramatique turc, fondateur d’un centre international de théâtre à Paris, Ali Ihsan Kaleci, écrit et dirige une pièce inspirée de l’une des plus anciennes et importantes épopées au monde pourtant méconnue du grand public occidental: l’épopée de Köroglu.

Köroğlu, qui cherche l’immortalité, qui se dresse contre l’injustice, qui partage la fraternité, est un personnage mythique dont la vie est retracée à travers une épopée venue du fonds des âges, répandue depuis le pays Ouïghour en Chine jusqu’aux Balkans. À l’image des plus importants récits dont a hérité l’humanité, tels que le Mahabharata ou l’Illyade, il nous rappelle ces questions
essentielles : entre le ciel et la terre, qu’est-ce que l’être humain? Quel est son rôle? Quel est le sens de son existence?

Ali İhsan Kaleci et son équipe abordent cette question à travers le récit de la vie d’un héros mythique, représentant un ensemble de valeurs exemplaires tant au niveau de l’héritage culturel, du temps, de l’espace et de l’histoire. Faisant un pont naturel entre l’Europe et l’Asie, entre le passé et le présent, cette oeuvre se veut un outil de transmission culturel, dans une époque où l’on ressent un besoin de plus en plus profond de réinterroger les racines de l’humanité.

Dans ce spectacle, l’épopée de Köroglu, qui s’est transmise de manière orale depuis des générations, est jouée dans une forme contemporaine, et s’unit avec l’univers de la danse et de la musique, entre tradition et modernité.

Teaser

Publicités

leyla et mecnun

2013

Spectacle créé au CRT St. Blaise et repris à Göreme – Kral Deresi Vadi, le 05.06.2013

d’après Fuzuli

Mise en scène et adaptation : Ali Ihsan Kaleci

Avec : Ori Gershon, Erica Letailleur, Neslihan Derya Demirel, Jeanne Truong, Ayça Köklü, Özgün Cakar, Vahit Saritas

Musique : Simare Imanova, Ramin Rzayev, Anar Yusubov


Un jeune homme appelé Kays, issu d’une riche famille, tombe éperdument amoureux de Leyla. De la même manière, Leyla aime Kays. Mais très vite, les parents des deux jeunes gens, touchés par la rumeur et soucieux de la réputation de leur famille, les séparent en leur interdisant de se voir. Remettant en cause l’autorité patriarcale et allant contre les traditions établies, leur passion est condamnée. L’ardeur de celle-ci n’en est que redoublée. Commence alors pour Kays une longue descente dans le royaume de la folie. On le surnomme désormais : Mecnun, le fou de Leyla. Plus rien n’existe pour lui, sauf son amour. Le père de Leyla tente de la marier à un autre, mais jamais Leyla n’acceptera d’épouser un autre que Mecnun. Quant à Mecnun, il s’enfuit dans le désert, avec pour seuls compagnons les bêtes sauvages, passant ses journées à adorer l’aimée. Lorsqu’il apprend un jour la mort de Leyla, il se suicide.


Leyla et Mecnun est une oeuvre majeure de la littérature soufie. Elle décrit une histoire d’amour absolu et tragique, comme le Roméo et Juliette de Shakespeare. Depuis des siècles, cette passion légendaire a fait émerger toute une tradition littéraire et artistique, traitant de l’amour absolu et de son expression mystique. Selon la tradition, Mecnun incarne un héros mystique, dont l’élan passionnel a pour but ultime de se rapprocher du divin. Dans ce sens, Leyla incarne la beauté et la grâce de la divinité elle-même : elle se transforme en un intermédiaire qui sert à la révélation de la beauté absolue.


A cette étape de l’amour, les catégories de l’entendement ne peuvent raisonner ni expliquer cette passion brûlante qui est alors qualifiée de « folie ». L’oeuvre de Fuzuli, en ce sens, pose un défi artistique que nous avons choisi de relever : comment dépasser la forme de l’oeuvre, pour en faire entendre le sens le plus profond? Comment dépasser les catégories esthétiques que l’on attribue généralement aux différents « genres » des arts de la représentation (théâtre, chant, danse), pour aller vers une expression ultime et totale de la passion elle-même?

destan

2011-2012

spectacle créé au Medrese Sakir Pasa, le 22.04.2012

Inspiré par les chants traditionnels de Turquie et d’Azerbaïdjan, destan est une oeuvre franco-turque dirigée par Ali Ihsan Kaleci et dont la préparation a commencé en 2005. Première face visible de l’iceberg, présenté sous forme de « work in progress » durant le projet « Turkish traditional performing arts cultural center », l’oeuvre a connu un développement exponentiel, incluant au fur et à mesure de sa préparation de nombreux artistes et même le public.

Avec : Ori Gershon, Erica Letailleur, Neslihan Derya Demirel, Katia O’Wallis, Özgün Cakar, Sebnem Özdemir, Sakine Kaya, Emrah Cakir, Canberk Sahanlar, Kemal Tasdemir

Musique : Simare Imanova, Ramin Rzayev, Anar Yusubov